Le tout, c’est d’oser !

Image d'une femme courageuse qui ose sauter en backflip dans la mer avec le ciel bleu en fond et la mer turquoise

Share This Post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous est-il déjà arrivé d’avoir envie de vous exprimer, donner votre avis ? Et au final de ne pas oser ? Rester timidement caché, silencieux. Ne pas oser lever la main, participer, prendre la parole, dire ? Terrible timidité…

Eh bien imaginez-vous que moi, c’est ce qu’il m’arrive lorsqu’il est temps de prendre la parole sur le web.

Et pourtant, j’ai 20 ans de métier.

Avec des montagnes d’anecdotes à raconter.

Des expériences à ne plus savoir où les ranger dans ma mémoire tellement j’en vis chaque jour.

Certaines géniales qui me rappellent pourquoi je fais ce métier. D’autres affreuses qui me donnent envie de me cacher sous l’oreiller. Parfois, des compliquées qui me donnent parfois envie de tout plaquer l’espace d’une seconde… avant de retrousser les manches, comprendre pourquoi ça n’a pas fonctionné et comment on va rectifier le tir.

Je suis probablement ce qu’on pourrait communément appeler une « experte » de mon domaine. Ce qui signifie que je sais de quoi je parle, comme ma longue expérience ou mes postes à responsabilité en témoignent.

.

Sommaire

.

Et pourtant…

.

Et pourtant, je n’ai jamais osé me montrer ou m’exprimer à haute voix sur les plateformes sociales. Ni me mettre en avant hors de mon petit cercle privé.

Linkedin ? Je n’y vais qu’une ou deux fois par année, simplement pour féliciter mes pairs. Jamais je n’ai osé publier.

Facebook ? Je ne fais que partager, liker ou commenter, jamais je ne me lance dans un vrai sujet.

Instagram ? Mon compte est anonyme, difficile à démasquer.

Mes romans ? Publiés aussi sous un pseudonyme, difficile à démasquer aussi.

Pas de site internet. Pas de Google My Business.

Bref, le plus de discrétion possible. Tant mieux si je n’apparais nulle part.

Pour une spécialiste en notoriété, qui aide ses clients à développer leur visibilité, en voilà une hérésie !

Surtout que j’ai développé avec le SAWI un extraordinaire module autour du « Marketing de Soi » pour apprendre à se mettre en avant, trouver notre valeur ajoutée et savoir l’exploiter.

Pour résumer : j’ai toutes les clés, et les applique avec succès pour les autres.

Sans jamais avoir pris le temps ou fait l’effort de le faire pour moi.

.

Mes fausses excuses

.

En ce début d’année, je me suis demandé pourquoi et j’ai essayé de creuser plus loin que mes sempiternelles excuses.

Excuse n° 1 à laquelle je fais semblant de croire :

« J’ai à peine le temps de m’occuper de chacun de mes mandats, le temps qu’il me reste je vais le consacrer à ma famille et mes enfants. Mon marketing personnel n’est pas ma priorité ». 

Excuse n° 2 qui m’arrange bien en fait :

« Mon business se développe tellement bien, je n’ai pas besoin de faire de marketing, le bouche-à-oreille me suffit ».

Si toutes ces excuses sont vraies sur le fond… cela ne reste que des excuses, donc faciles à balayer d’un coup de balai !

.

Mes mauvaises réponses

.

Réponse n° 1 :

« Je ne cesse de la dire à tout le monde. Le temps, ça se trouve. Une heure pour faire une belle publication, un petit texte, un article de blog, ne me dites pas qu’on ne peut pas trouver ça dans une semaine. Aussi chargée soit-elle ! J’en écris facilement deux ou trois pour mes clients, à mon tour de trouver du temps pour moi»

Réponse n° 2 :

« Bien sûr qu’il se développe bien, et que j’ai la chance immense d’avoir un vaste réseau, une belle notoriété et des clients tellement contents qu’ils me recommandent autour d’eux. Et alors ? Ce n’est pas une raison pour rester passive, les bras ballants, à attendre qu’ils fassent le travail de prospection à ma place !  »

.

Alors, pourquoi ?

.

La vérité, c’est que s’afficher demande une certaine dose de confiance en soi.

Prendre la parole, que cela soit sur un site, un blog, un réseau social quel qu’il soit, demande plusieurs éléments :

  • Avoir la certitude que ce que l’on a à dire est intéressant, ou du moins pourra en intéresser certains.
  • Ne pas avoir peur d’énoncer des idées qui pourraient aller à contresens des pensées des autres, ou ne pas plaire
  • Oser faire la part belle au syndrome de l’imposteur et ne pas hésiter à aller l’enterrer là où il ne pourra plus ressortir
  • Et accepter de se dire que peut-être nos idées sont différentes de ceux des autres. Peut-être on ne sera pas lue, peut-être on ne plaira pas. Et alors ? J’adore échanger, partager et raconter. Pour me limiter à le faire en vrai en face à face ?

.

Il se trouve que chaque jour, du matin au soir, je partage.

.

Avec mes clients, je raconte des expériences passées, sur d’autres marchés, d’autres industries. Et je sais que dans ces moments, nos échanges sont riches car ils sont curieux de ce que j’ai à raconter.

Avec mes étudiants. Vous n’imaginez pas le nombre d’histoires ou d’explications que j’aligne en une journée de 6 heures de formation. A tel point que le soir, impossible pour moi de faire ne serait-ce qu’un rapide coup de fil. Ma gorge est sèche, ma voix est morte. Et souvent, ils en redemandent. Des questions, des discussions en aparté en fin de journée ou pendant les pauses.

Avec mes collègues, entrepreneurs, indépendants, mon équipe ou collègues freelance. On raconte, on partage, on compare, on détaille et on décortique.

Et à chaque fois, je réalise que j’en ai, des choses à dire. Et que les débats et échanges qui en ressortent sont riches et en valent la peine.

.

Finalement, tout cela revient à oser !

.

Oser raconter, partager, expliquer.

Nos succès, nos échecs. Nos doutes et nos certitudes.

Se dévoiler. Et accepter que de là naîtront de belles discussions, de beaux échanges.

Alors, pourquoi ne pas oser avoir mon propre site internet ?

Pourquoi ne pas oser publier et commenter sur Linkedin ?

Peut-être vais-je même, plus tard, oser investir d’autres plateformes sociales ?

J’ai mis 20 ans à oser… et me sens aujourd’hui heureuse d’avoir décidé de changer tout ça.

Comme je le fais au quotidien dans mon petit cercle. Mais désormais aussi vers l’extérieur.

Et vous, vous est-il arrivé de ne pas oser… Comme moi, pour de mauvaises raisons ?

Sacheen

Mes courriers marketing
Faites grandir votre entreprise, grâce à des études de cas marketing concrètes.

Si vous me donnez quelques informations sur vous, nous nous sentirons plus proches dans nos échanges.
Mais sentez-vous libres 😉

Autres articles