Comment a démarré mon aventure de marketeuse ?

Photo de Sacheen Sierro au début de son aventure de marketeuse

Share This Post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
J’ai l’immense privilège d’avoir trouvé ma voie, d’exercer un métier qui me passionne. Mais il n’était pas forcément écrit que je deviendrais marketeuse… Voici la petite histoire qui m’a menée vers ce métier.

Petite fille déjà, mon imagination débordait, je m’inventais des histoires sans fin. Je me destinais à un métier artistique et créatif. La gastronomie m’a longtemps attirée, l’architecture ensuite. Puis, ma passion pour le piano a pris toute la place et m’a fait longtemps hésiter. La musique ou les affaires ?

Le choix a été celui de la raison : je pourrais toujours passer des heures sur mon instrument dans mon temps libre tout en travaillant en entreprise. L’inverse risquait de ne pas être possible.

Sommaire

L’inspiration à la télé

image illustrant femme belle et sure d'elle dans un pub elseve l'oreal

Puis, une publicité m’a marquée. J’avais 10 ans, je m’en souviens encore. Cindy Crawford, une chevelure magnifique, vêtue d’un tailleur crème, menait une réunion d’affaires et se faisait applaudir de toute une assemblée.

Cette publicité des shampooings Elsève de L’Oréal m’a marquée… J’y voyais une femme forte, une femme qui maîtrisait sa vie et son succès. Elle me faisait tout simplement rêver… le monde de la publicité en général d’ailleurs me faisait rêver. Mon choix était fait : je travaillerais dans une agence de communication. Sans doute aussi que cette voie vivait déjà en moi en voyant le fantastique métier qu’exerçait mon papa, directeur de la communication dans une grande entreprise informatique.

C’est ainsi que, au moment de choisir une voie pour mes études, je me suis inscrite en sociologie. Comprendre les mouvements et les tendances de la société m’aideraient sans doute dans mon futur métier. Ce choix a en fait été une grande erreur. Je n’ai pas aimé mes années universitaires. Des sujets qui ne m’intéressaient au final pas vraiment. Je ne suis pas une sociologue dans l’âme et ne me suis jamais reconnue dans cette voie. Mais parce que je suis persévérante et que je n’abandonne jamais, je suis allée jusqu’au bout. Pourtant, au cours de mon cursus, le hasard m’a menée dans des cours de marketing. Ceux-ci m’on scotchée. J’ai adoré les anecdotes de mes professeurs, leurs expériences en entreprises. Des pointures, aux parcours inspirants. Mais, têtue comme je le suis, j’ai ignoré cette révélation nouvelle et poursuivi mon idée originelle : agence de pub.

Une agence de publicité pour commencer

Après ma première année d’uni, j’ai fait un premier stage chez Grey à Genève. Waouh, j’ai aimé chaque minute de ces deux mois de stage. J’ai travaillé sur des clients prestigieux, des campagnes fortes. A la fin de ma seconde année d’uni, même agence, nouveau stage, même enthousiasme. Alors évidemment, sitôt mon Bachelor en poche, j’ai intégré l’agence comme Account Executive. Quelle fierté ! Et puis, peu à peu, j’ai commencé à rêver d’autre chose. D’être plus en amont, dans les décisions stratégiques.

Le rôle qui me faisait rêver, c’était celui de mes clients, dans les entreprises. Je suis allée m’en ouvrir à ma prof de marketing de l’université à qui je vouais une admiration sans borne. Elle m’a reçue chez elle, un matin, et m’a dit que c’était du marketing que je devais faire. Tout simplement. Et que la meilleure école selon elle était L’Oréal.

J’ai préparé mon CV, j’ai postulé et… la suite vous la connaissez. Dix ans de bonheur sans nuage. J’ai adoré chaque journée passé dans cette entreprise magnifique. Qui m’a donné de quoi nourrir mes rêves, qui m’a offert des responsabilités, des collègues en or, une carrière à la hauteur de mes attentes. Ces 10 années ont fait de moi la marketeuse que je suis devenue.

Le partage et la formation

Elles ont aussi révélé un autre aspect de moi : l’encadrement, le management et la formation. A la tête d’une équipe, j’ai été amenée à recruter et former des jeunes et cet aspect de mon job m’a révélée. C’est ainsi que je m’épanouis chaque jour à enseigner, partager et transmettre dans différentes écoles.

Au final, la vie et notre histoire sont des spirales. De prof de piano je suis devenue prof de marketing. De cette publicité pour un shampooing, je suis devenue directrice marketing de cette même entreprise. On ne sait pas toujours ce qui nous mènera où, mais la certitude est que la vie nous envoie toujours de belles surprise…

Quelles spirales m’attendent encore ? Je me réjouis de le savoir…  

Ma seule certitude, c’est le bonheur que je ressens chaque jour à exercer un métier que j’aime infiniment et qui me le rend bien.

Mon message de fin

Si j’ai un seul message à partager avec cet article, c’est que je vous souhaite, à tous, de trouver un métier qui vous plaise. Parce que se lever chaque matin heureux d’allumer son ordi, et repousser chaque soir le moment de l’éteindre parce qu’on est au milieu d’un super article et qu’on a juste, vite, envie de le terminer… ça n’a pas de prix.

Je suis infiniment reconnaissante à ce métier que j’aime tant d’avoir un jour croisé ma route.

Merci.

A très vite pour une prochaine petite tranche de vie, ou un article plus spécifiquement marketing de mon blog.

Sacheen, marketeuse épanouie et comblée 🙂

Mes courriers marketing
Faites grandir votre entreprise, grâce à des études de cas marketing concrètes.

Si vous me donnez quelques informations sur vous, nous nous sentirons plus proches dans nos échanges.
Mais sentez-vous libres 😉

Autres articles